• coach projet déco

CHAUFFAGE bois, granules, plaquettes ?


Depuis la nuit des temps, l’homme utilise le bois pour se chauffer. Les technologies de chauffage ont bien sûr évoluées au fil des années pour proposer toujours plus de confort (rendement élevé, automatisation, autonomie, esthétisme). Le chauffage au bois reste donc plus que jamais adapté à notre mode de vie moderne. Entre poêles à bûches, poêles de masse, poêles à granulés, chaudières à bois, granulés de bois, plaquettes, bûches de bois densifié... il existe aujourd’hui de nombreux appareils et de nombreux combustibles.

Le premier intérêt à choisir le bois est un intérêt financier. En effet, contrairement à la plupart des autres énergies et notamment fossiles, le prix du bois n'est pas volatile. C'est également le combustible qui augmente le moins rapidement. Par exemple, en 6 ans, le bois bûche coupé a augmenté de 20% tandis que dans le même temps, le fioul et le gaz ont augmenté de 50%. Certaines ressources de biomasse ont même vu leur prix stagner voire diminuer comme les plaquettes forestières.

Le deuxième atout regroupe tous les enjeux du développement durable : le bois-énergie est une ressource propre et renouvelable, qui favorise la bonne santé des forêts et favorise les emplois locaux. Par ailleurs, il n'y a jamais eu autant de forêt en France puisque l'on utilise seulement 60% de ce qui pousse chaque année. le chauffage au bois représente environ 60000 emplois (source ADEME) et près de 75% des appareils de chauffage au bois vendus en France sont français. Le développement des filières bois permet également de créer des réseaux au niveau local et donc, non délocalisables.

Le cycle du feu

La combustion du bois fonctionne en 3 étapes.

En premier lieu le séchage : l'eau sous l'effet de la chaleur remonte à la surface et s’évapore. Cela produit peu de chaleur (chaleur latente).

Ensuite, on trouve la pyrolyse : le bois lui-même s'évapore en particules fines. Si la température n'est pas assez élevée ou les apports d'air insuffisants, cela provoque l'apparition d'imbrûlés polluants (CO, NOx...) et de plus de particules.

Enfin l'oxydation : si la température est suffisante, le bois se transforme progressivement en charbon qui brûle lentement en dégageant une chaleur importante (550°C).

Quelques petites astuces peuvent être à retenir. Par exemple, contrairement à ce que l'on pourrait penser, il faut mettre les grosses bûches (espacées) en bas et avoir du bois de plus en plus fin en remontant. Cela permet de réduire de façon importante les fumées et donc les émissions de polluants lors de l'allumage.

Plaquettes, granulés, bûches,... ? Acheter son bois (ou le faire?) Conseils pour acheter du bois (des bûches) sans se tromper.

L'humidité : C'est le point de vigilance absolue en ce qui concerne les achats de bois. Un bois humide produit moins de chaleur, plus de polluants, encrasse les appareils... Idéalement, l'humidité à ne pas dépasser est d'environ 25%. Pour le contrôler, vous pouvez vous équiper d'un humidimètre (autour d'une cinquantaine d'euros), il faut cependant être capable de bien prendre les mesures et interpréter correctement les résultats. La quantité : Plus les bûches sont petites, plus on en met dans un même volume, par exemple une stère de bûches de 1 m coupées en morceaux de 50 cm ne représente plus que 0,8 m3 (0,7 m3 si on coupe en 33 cm). Il faut savoir par ailleurs que plus les bûches sont petites, plus il y a de la transformation et de la manutention donc le coût est plus élevé. Attention donc à bien comparer le prix à volume et taille de bûches équivalents.

L'essence : 2 types d'essences existent, les feuillus et les résineux. Les feuillus durs ont une densité supérieure et leur combustion dure donc plus longtemps. Il conviendra toutefois d'éviter l'utilisation de châtaigner, qui éclate en brûlant. Les feuillus tendres et les résineux brûlent plus facilement et plus vite, ils peuvent donc être utilisés lors du démarrage et/ou pour une montée rapide de la température.

La provenance : Le bois est une énergie renouvelable et propre, uniquement si les transformations mais surtout le transport sont limités. Ainsi, faire venir du bois de contrées lointaines n'est pas vraiment écologique. Veillez donc à utiliser du bois français et si possible provenant d'une filière proche de chez vous.

Les différents types de bois de chauffage.
Pour alimenter votre chaudière à bois, vous avez le choix entre les bûches, les plaquettes ou les granulés.
  • Les bûches :

  • Le tronc et les branches de l'arbre sont débités en morceaux de 33, 50 ou 100 cm de long, et d'un diamètre variable.

  • Le bois se vend alors par stère (1 stère équivaut à 1 m3 pour des bûches de 1 m, à 0,8 m3 pour des bûches de 50 cm et 0,7 m3 pour des bûches de 33 cm) ou par tonne.

  • Le prix varie fortement d'une région à l'autre.

  • Les bûchettes, ou briquettes, de bois reconstitué :

  • Il s'agit de bois reconstitué sous forme de bûches cylindriques d'environ 20 à 33 cm de long.

  • Leur taux d'humidité est inférieur à 7 % ce qui en fait un excellent combustible à fort pouvoir calorifique.

  • La distinction est à faire entre une bûche de jour (qui libère des calories) et une bûche de nuit (qui se consume très lentement).

Attention : les bûchettes contiennent parfois des produits non naturels.

Les plaquettes forestières : du bois déchiqueté Les plaquettes se présentent sous forme de petits morceaux de bois d'environ 2 × 2 × 5 cm. Il s'agit d'un bois de petit diamètre issu des rémanents de la sylviculture. Elles s'utilisent dans des chaudières à plaquettes, à alimentation automatique, et permettent d'éviter leur rechargement : la chaudière peut même être reliée directement au silo. Les granulés ou pellets : la forme la plus moderne Les pellets sont issus du compactage des résidus de scierie (écorces, poussières, sciures...). Extrêmement denses, les pellets (des bâtonnets de 10 à 50 mm de long et 6 mm de diamètre) permettent des stockages très compacts. Ils sont disponibles en sacs, facilement transportables et manipulables, mais également en vrac, livrés par camion-citerne avec possibilité de les stocker en silo. Les granulés s'utilisent dans les chaudières à granulés et les poêles à alimentation automatique : la chaudière à granulés peut même être reliée directement au silo, lui assurant une très grande autonomie. Bon à savoir : un granulé de qualité dégage une bonne odeur de bois. Plongé dans un verre d'eau, il doit couler.

La clé pour un bon chauffage au bois : un bois bien sec

Peu importe la forme et la densité du bois, qu'il soit brut ou reconstitué, le critère le plus déterminant reste le taux d'humidité du bois.

Quelques précautions :

  • Vous pouvez demander à votre fournisseur de bois qu'il mesure devant vous ce taux d'humidité. Un taux satisfaisant devra être inférieur à 20 %.

  • Attention aux arnaques : un bois humide pèse plus lourd, bon à savoir si vous achetez au poids.

  • Conservez le bois dans un endroit sec et bien aéré.

  • Assurez-vous que le bois que vous achetez est certifié « NF bois de chauffage ».


19 vues